AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'insomnie, c'est extra ! ...Ou pas. | FE JAAARVAN 8D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Points Concours Points Concours : 30
Fan Clubs : Un fan club est un groupe, informel ou organisé en association, de fans, autrement dit de personnes partageant une admiration, voire une adulation commune.





Diplôme : aspics
Filière : DCFM !
Âge du perso : 20 ans tout rond du bidon
Messages : 361
Gallions : 55
ROXX 'N ROLL BAAAABY !
doooon't you know thatROXX 'N ROLL BAAAABY !doooon't you know that ☆
MessageSujet: L'insomnie, c'est extra ! ...Ou pas. | FE JAAARVAN 8D   Jeu 7 Mar - 20:54

Je. M'en. Nnuie. Oui, je m'ennuie, c'est bien simple, j'me fais bel et bien chier. Mais genre, comme jamais, hein ! Pas le p'tit ennuiment (OUI OUI, ennuiment !) de rien du tout pendant la pub d'un programme qu'on adore sur les boites à images moldues, ou alors comme quand on attend que y'a enfin un chiotte qui se libère. Nan, là je vous parle du GROS truc, tellement gros que... Que... Bah, que j'ai pas d'exemple à donner. Mais j'vous jure, hein : Quand j'vous dis que je m'ennuie, c'est vraiment que je m'ennuie. Eh.

En même temps, je crois que c'est un chouilla de ma faute, aussi. Bah, oui, c'est qu'en général, quand c'est 3h00 du mat', bah les gens pioncent. En général. Oui mais voilà : Là, j'ai pas sommeil. Je sais pas pourquoi, c'est comme si toute once de fatigue m'avait quittée ? Et pourtant, en vrai, je suis sûre que je suis fatiguée ! … Mais c'est juste que je le ressens pas. Mais rien que ça, ça m’empêche d'aller me coucher. En plus, le plus frustrant, c'est d'entendre les autres ronfler. Parce que ça veut dire que tout le monde à part moi dort. C'est pas juste, quand on y pense. Allez, quoi, réveillez-vous, les gens ! Pour moi, quoi ! Solidarité, nan ?

.. Pff. C'est qu'une bande d'égoïstes, de toutes façons. Et moi, dans tout ça ? Bah j'me fait chier. Trop génial. J'suis plantée là, toute seule, assise sur mon lit... Et j'ai rien à faire. Si au moins je pouvais jouer au Quidditch... Ca serait trop bien, là ! Mais si je joue, tous vont se réveiller, et après ils vont râler, se plaindre que genre « oooh j'ai reçu un souaffle dans la g*eeeule ! » Et tout et tout. Ces tapettes. Raah. Bon. Je sais. C'est tout con, en fait : J'ai qu'à partir. Rien ne m'oblige de rester là. Bah ouais, j'ai qu'à passer la nuit dehors !

Fort de ma sublime idée vraiment digne de mon merveilleux esprit, je me lève de mon lit en un petit bon, je prends une veste bien chaude (c'est que je suis toujours en robe, mine de rien), ma m'arme de mon balai d'amour et de mon souaffle que j'ai piqué au magazin à Papa (s'il me chope, je meurs.), je met des chaussures (bah oui, sans, ça serait pas pratique) et m'en vais dehors. Ah, pis pour mon petit plaisir personnel et un peu sans raison, c'est un claquant la porte à gros coup de VLAAAN que je part, haha ! Bon, okay, ça va pas leur faire plaisir et je vais m'en prendre plein la tronche quand je vais revenir, mais... C'est pas grave. Je suis FOLLE-DINGUE, moi, alors je fait CE QUE JE VEUX. D'abord.

Donc. Me voilà à présent dans les couloirs. Et autant dire que si on me chope je suis dans la merde. HAAAN ! J'espère que je serais pas privée de Quidditch ! Oh noon ! Je pourrais pas vivre, moi, sans le Quidditch ! Autant me tuer de suite ! Bon, c'est décidé, je vais me suicider à la seconde ! … Mais. Euh. Seul petit bémol. J'ai pas envie de crever, moi. … Uhm, c'est problématique. Bah, c'est pas grave, j'aurais qu'à tuer celui qui me découvre ! Ca doit pas être bien difficile de cacher un corps. Je suppose. Haha. Et puis au pire, c'est pas grave. J'aurais qu'à l'enterrer sur place grâce à la magie et puis voilà !

Bon, maintenant que toutes les formalités si on me prend la main dans le sac dehors hors-couvre-feu sont arrangées, je peux partir gambader sans crainte ! Comme ça, je vais pouvoir trop bien m'entraîner, je vais devenir encore plus balèze que je le suis dejà, et on va gagner encore plus de match, grâce à moi ! Tout le monde me portera en triomphe, m'acclamera, m’admirera, je serais leur reine, je serait leur déesse, je, je, je... Minute. J'ai pas non plus envie de ça, moi ! C'est vrai quoi, l'horreur ! Vous vous imagiez, vous ? Genre vous sortez dehors, et la PAAAAAAAF ! Une foule en délire vient vous assassiné sous les effusion de love-love... Eeeek ! Encore les étreinte quand on vient de gagner un match parce qu'on est tous contents, ça, c'est cool, mais sinon... J'ai pas envie de mourir étouffée ! … Zut. Que faire, alors ? Mmmh... Bonne question. Parce que j'ai quand même envie de jouer au Quidditch... Ah ! Je sais ! J'ai qu'à jouer au Quidditch, mais pas forcément pour m'entraîner ! Comme ça je serais pas plus balèze, et je serais pas leur déesse. ...Mais à côté de ça on gagnera moins de matchs... AAAAAAAAH DILEME !!!! ..Bon. Tant pis. Je serais adulée. Je supporterais cette horreur, pour l'équipe. Hanwai. Comment je suis trop un héros, moi. Hahaha.

Donc, après un bon temps de marche, après un ou deux (ou plutôt un millier) de trébuchement, et après même treize pétages de tronche (ne pas me faire marcher la nuit quand on voit rien au sol) me voilà enfin... DANS LE HALL D'ENTREE ! Yeah ! J'ai réussis, je suis vraiment la plus forte, haha ! Vraiment, là, il faudrait limite un publique pour m'acclamer ! Et puis une petite musique pour que je puisse arriver en courant, les bras en l'air, avant de franchir la ligne d'arrivée avec une tête de morte comme si je venais de courir trois-cent-cinquante km ! Vous trouvez pas ? Nan ? Baah, pourquoi pas ?! Rah, vous êtes nuls...

..Nan, mais plus sérieusement. C'est plus long que je pensais, le chemin jusqu'au stade ! J'suis sûre que j'ai la tronche déjà pleine d'ecchymoses et je suis même pas encore dehors... Waw, quoi ! Ca serait bien que j'arrive à destination encore vivante, tant qu'à faire ! Parce que, je vais peut-être me répéter, mais figurez-vous... Oui, oui, figurez-vous ! Allez ! … Ca y est, vous êtes figurés ? Bien. Ainsi, donc, figurez-vous que j'ai pas envie de mourir. Etonnant, n'est-ce pas ? Ah, ah ! ...Bref. Au lieu de divaguer, je ferais bien de-mar-cher. Et puis voil- … OH MY FUCKING GOOOOOD. God, hein. Pas Good. Parce que c'est pas good du tout, si vous voulez mon avis (Et je sais que vous le voulez.) Mais la question est : QU'EST-CE QUI N'EST PAS GOOD ? Et bien tout ça ne se résume qu'en deux mot : Jarvan Lightshield. Professeur de haute magie en je sais plus quoi. Il est lààààà ! Juste làààà, devant la porte ! A mon avis il vient de rentrer, mais zut et crotte et flûte, quoi. J'veux pas le voir, ce lolicon ! Vieux pervers ! Pédophile ! Ouais, parce que je suis sûûûûre qu'il a des vues sur moi ! Il arrête pas de me faire des remarque genre « Oooh, mais qu'est-ce que c'est que cette tête! T'as oublié de passé devant la glace, ce matin ? » Et le lendemain : « Mais tu es jolie, aujourd'hui ! » et bla bla bla et bla bla bla. TSS ! Vous voyez. C'est la technique de drague BASIQUE du crétin sans cervelle. Et moi, ça me plaît pas, ça. Bah ouais, logique, c'est un vieux, quoi ! J'vous jure. Bon. Que faire. Zut, il m'a vu. Bon, pas grave. HOP ! Demi tour, toute ! Ouais, je sais je suis pas discrète, mais au pire, on s'en fout, hein ? Je trouverais bien une autre sortie, et puis au moins comme ça je suis tirée d'affaire de lui, neh.

Ou pas. En effet, en belle gourde que je suis, il a fallu que je me prenne les pieds en beauté dans je sais pas quoi, et SHPLAAAM, la tronche dans le sol, et le balai qui me glisse des mains pour atterrir genre cinq mètres plus loin, et ne parlons même pas de mon cher petit nouveau souaffle adoré. Je sais même pas oùil a pu atterrir. Vraiment. Je vais REELLEMENT finir par croire que Merlin ou je sais pas quel autre truc divin possède un humour bien à lui. Et c'est pas pour m'arranger.

Toujours en presque-étoile sur le sol, je tourne légèrement la tête pour ne plus avoir le nez contre le dallage, tousse un peu, et puis je lance un truc vraiment super intéressant. Le genre de truc tellement intelligent, avec tellement plein de répartit que tout le monde sur terre en serait scotché si il m'écouterait. Non, vraiment.

« Aïe... »

Quand j'vous disais, que c'était tout plein de répartie. Digne de moi. Haha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malwen.forumactif.org/t51-une-pte-et-bah-ca-doit-coucher-
avatar
Âge du perso : 40 ans
Fonction : Professeur, spécialité Haute Magie
Messages : 72
Gallions : 25
J'SUIS PROFESSEUR, ok ?
MessageSujet: Re: L'insomnie, c'est extra ! ...Ou pas. | FE JAAARVAN 8D   Ven 8 Mar - 12:30


Aventure Nocturne

La différence entre les élèves et les professeurs est assez grande il faut bien l'avouer, mais Jarvan lui, lui qui avait été dans les deux camps devait bien avouer qu'être adulte et totalement libre lui permettait bien des choses. Grâce au pouvoir qu'il avait, il pouvait faire « souffrir » les gamins à qui il enseignait... ou même les autres. Mais le mieux du mieux, c'était qu'il pouvait quitter l'académie comme bon lui semblait pour aller dans la ville du coin. Il pouvait s'éclipser et revenir en un rien de temps... Merci la magie. Il avait donc passé la soirée avec quelques professeurs afin de resserrer les liens entre les enseignants. Le but de Jarvan avait été tout autre. Il avait eu pour objectif de faire boire ses compagnons jusqu'à plus soif, jusqu'à ce qu'ils roulent par terre comme ça hop hop hop ! Le lendemain matin, impossible pour eux de se lever, cours annulés et journées offertes pour les élèves de l'académie... sauf pour les siens. Quoi de pire pour eux ? Tous leurs amis ou compagnons pouvant faire tout ce qu'ils désirent et au final eux... Direction la salle de cours ! Haha, Jarvan jubilait déjà rien qu'à cette idée de toute beauté surtout qu'il avait à peu prêt réussit son coup d'éclat. La plupart était totalement HS et il avait du les ramener jusqu'à leur chambre, c'est dire à quel point Jarvan avait mit la dose. Agrémentant parfois les verres par de l'alcool moldu extrêmement plus puissant que ceux des magiciens. Il lui tardait déjà la lendemain, mais bon... La nuit était déjà bien avancée et il n'avait pas vraiment envie de se coucher. L'alcool faisant son petit effet, il allait quand même avoir un sacré mal de tête le lendemain, mais rien de bien méchant, lui qui avait sombré dans l'alcool lorsque sa femme avait perdue la vie.

S'étant rendu dans la salle des professeurs après avoir ramené tout le monde, il alla chercher une autre de ses petites bouteilles tant appréciées ainsi qu'un nouveau paquet de cigarette pour bien finir la nuit. Attrapant quelques bouquins et parchemins que ses élèves lui avaient rendus, il s'installa agréablement devant la grande porte au clair de lune. Les portes étaient grandes ouvertes vu qu'un professeur était présent et après avoir invoqué une chaise et une table, il s'installa. Son verre rempli, une petite bougie bien installée pour l'éclairé et le voilà plongé dans ses corrections et analyse. Qui aurait bien pu le croire ? Lui, Jarvan, travaillant à une heure pareille alors que tout le château était endormi ? Sûrement pas lui qui rechignait à corriger des fiches. Merci l'alcool encore une fois... et sûrement cette petite serveuse qui avait bien voulu jouer le jeu pour ses beaux yeux. Qu'il était bon de pouvoir compter sur son sourire pour que les gens pensent qu'il est une personne digne de suivre ! Savourant sa boisson, le calme ne tarda pas à laisser la place à un bruit sonore qui n'aurait jamais dut être présent à une heure aussi tardive. Des bruits de chaussures marchant sur le sol, descendant les escaliers. Qui est-ce que cela pouvait bien être ? Tout le monde étant couché... Même les professeurs en charge de la sécurité étaient au lit depuis quelques heures alors qui donc ? Les muscles endoloris à cause de l'alcool, il se redressa et passa par la porte, baguette en main et ne tarda pas à voir de qui il s'agissait au loin. Facile à deviner, la petite demoiselle emmitouflée dans son manteau, balais et souaffle en main ! Ce n'était autre que Louison qui comme à son habitude, fit marche arrière lorsqu'elle le vit.

Il avait du mal à la cerner, mais une chose était sur, c'est qu'elle avait quelque chose à l'encontre de Jarvan et manque de bol, il venait de la prendre la main dans le sac à une heure plus que tardive. Faisant un pas en avant pour la rattraper, il n'eut pas grand chose à faire du fait qu'elle tomba d'elle même s'écrasant littéralement par terre, faisant tomber et rouler tout ce qu'elle tenait. Soupirant, le professeur utilisa sa baguette pour augmenter la luminosité des torches afin de pouvoir y voir. Clope au bec, il ramassa les objets tombés au sol. « Héééééé biiiiiien mademoiselle Louisoooon, on avait envie d'aller se faire une petite partie en solitaire en cette belle nuit de pleine lune ? » On pouvait voir un magnifique sourire de satisfaction sur son visage, certes un peu nié à cause de l'alcool, mais il avait choppé une élève en pleine nuit sans rien avoir à faire... alors qu'allait il bien pouvoir lui faire hein ? La traîner dans son bureau au cachot ou personne ne l'entendrait ? Non... Elle avait la voix trop puissante et pour râler, elle était certainement la meilleur dans son cas. « Allez, redresse toi et suis moi... Rhabille toi aussi, on voit ta charmante culotte. » Il fallait avouer qu'elle était dans une position plus que... tendancieuse. Lui faisant un petit signe, il la mena pas bien loin, devant la porte ou il s'était installé pour travailler sans que personne ne vienne le déranger. La bouteille moldu était bien visible, à moitié vide. Il n'avait pas fait les choses à moitié.

S'installant à sa chaise, il posa l'attirail de la petite demoiselle sur la table et fit apparaître une autre chaise en face de lui, invitant d'un signe de main la belle à s'installer. « Alors comme ça on fait le mur ? Qu'est ce que tu as à dire pour ta défense ? On vingt ans tu devrais connaître es règles à force ! » Amusé par la situation, il n'avait pas le moins du monde envie de dormir, il était trop content de sa trouvaille et elle devait se sentir bien bête de s'être fait avoir aussi facilement. Il n'avait rien eu à faire et tout de même, qui aurait pensé qu'il pourrait encore y avoir quelqu'un de levé à une heure pareille ? Elle était bien malchanceuse quand même... alors autant enfoncer le bouchon un peu plus loin ne croyez vous pas ? Buvant une autre gorgée de rhum, il écrasa sa cigarette et croisa les bras tout en regardant la demoiselle de Nissea. « Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi... » Phrase à sens multiples... il ne le savait pas lui même pour le moment, il attendait juste de voir ce qu'elle allait lui répondre... De toute manière, il avait le temps et avec l'alcool qui lui faisait légèrement tourner la tête, il ne pouvait qu'apprécier encore plus le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Points Concours Points Concours : 30
Fan Clubs : Un fan club est un groupe, informel ou organisé en association, de fans, autrement dit de personnes partageant une admiration, voire une adulation commune.





Diplôme : aspics
Filière : DCFM !
Âge du perso : 20 ans tout rond du bidon
Messages : 361
Gallions : 55
ROXX 'N ROLL BAAAABY !
doooon't you know thatROXX 'N ROLL BAAAABY !doooon't you know that ☆
MessageSujet: Re: L'insomnie, c'est extra ! ...Ou pas. | FE JAAARVAN 8D   Dim 17 Mar - 14:00

Poisse : Nom féminin. Ce dit de quelqu'un qui est pris de malchance. Synonyme : Dévaine. Oui, donc, on peut le dire, cette définition me convient par-fai-te-ment. Parce que oui, la poisse, ça je l'ai, et pas qu'une fois. Euh, non. C'est quoi, l'expression, déjà ? Deux fois truc je sais pas quoi. Ah ! Oui : Plutôt deux fois qu'une. Haha, oui, voilà, c'est ça. Expression très débile et ne voulant absolument rien dire si vous voulez mon avis - et je sais que vous le voulez, mais bon. C'est pas ça l'important. Pour pas dire qu'on s'en fout carrément. De l'expression, hein, pas de mon avis ! Enfin bref. J'ai la poisse, quoi. Bah oui, pile quand je veux sortir dehors pour aller jouer en douce au Quiddich, voilà que pif paf boum, hop, un prof se pointe. Et pas n'importe quel prof ! Encore ça aurait été un autre, j'aurais pu trouver un truc pour me sortir de là, comme, je sais pas, moi, jouer les somnambules ! Mais, là, non, je peux pas. Non seulement parce que ce type est un lolicon, et que s'il me croit somnambule il pourrait bien en profiter pour me faire je n'ose même pas savoir quoi, et en plus... Bah, de faire demi-tour en le voyant ça m'a un peu grillée, quoi.

Et parlons-en, de ce demi tour ! Y'a pour ça, aussi, que j'ai pas de bol! C'est vrai, quoi, POURQUOI il a fallu que je m’explose contre le sol PILE a ce moment-là ? Bon, c'est vrai, je me pète tout le temps la tronche, à raison de, je dirais, environs quatre fois toutes les cinq minutes. Mais quand même. Mes pieds auraient AU MOINS pu attendre que je sois hors de son champs de vison pour oublier comment en fait pour marcher ! C'est vrai, quoi, de quoi j'ai l'air, moi, maintenant, à manger le sol comme ça ! C'est sur qu'il va venir me voir maintenant, l'autre, j'suis coincée... Tss. Je sais ! J'ai qu'à rester sur le sol, faire la semi-morte... Eeeet attendre qu'il se lasse de moi ! Un peu comme les animaux de la savane ! … Mouais. Y'a plus qu'à espérer qu'il me bouffe pas, quoi. Et après j'serais tranquille.

Ainsi donc, alors que je suis toujours en mode serpillière sur le sol, je suppose que monsieur le Lolicon a allumé les lumières parce que d'un coup, toute l'obscurité qui régnait dans le hall avait disparue, si bien que j'en ai réprimandé une grimace, un peu aveuglée par la lumière les premières secondes. Et puis, j'ai entendu des bruits de pas, je suppose que c'est monsieur Lolicon qui se ramène. Bien. Allez Lou, ignore-le, fais comme s'il n'était pas là, et tout ira bien...

« Héééééé biiiiiien mademoiselle Louisoooon, on avait envie d'aller se faire une petite partie en solitaire en cette belle nuit de pleine lune ? »

… Crétin. Nul. Couillon. Pachiderme. Bachibouzouque. Et j'vous épargne du reste de la petite liste qui est d'un seul coup apparue dans mon esprit. D'ailleurs, je sais que j'étais censée faire la morte, mais là, j'ai pas pu m'empêcher de quand même parker. Alors on va dire que je fais la morte vivante. Peut-être qu'une zombie ausis, va le lasser. Qui sait. Haha. Bref, quand il a dit ça, j'ai pas pu m'empêcher de marmonner, mais quand même assez fort pour qu'il puisse entendre, tout en tournant la tête de l'autre côté, pour lui faire dos de la tête. Voyez. Je serais debout, je me serais bien retournée, mais étant tel un cadavre sur le sol... Je pouvais pas faire autrement. Bref bref, donc, je disais, je tourne la tête, et là, je marmonne...

« Oh, la ferme... »

Oui, je sais, c'est pas tellement le genre de truc qu'on dit a un prof, en règle générale. Les profs, on leur doit le respect, après tout. Oui, mais lui c'est aussi un pervers. Et les pervers, on leur doit tout sauf le respect, même quand ils sont profs. Donc je le respecte pas. CQFD. Enfin. Dans ma naïve espérance, et dans mon esprit pas plus grand qu'un petit haricot il faut le croire, j'espérais que ça
s'en finisse là. Oui, sauf que. A ne plus le respecter, j'en oublie que c'est un prof. Et à en oublier que c'est un prof, j'en oublie aussi qu'il vient d'me prendre la main dans le sac en plein mur, là. Nididou. Ainsi donc, non, ce n'était pas fini. Et monsieur ne tarda pas à reprendre la parole.

« Allez, redresse toi et suis moi... Rhabille toi aussi, on voit ta charmante culotte. »

Vous savez, on distingue souvent chez moi un temps de réaction divisé en trois partie. C'est quelque chose qui me fais souvent paraître assez lente aux yeux des gens, et je dois bien vous avouez que, parfois, je comprends pour toi. Ainsi, là aussi, mon temps de réaction en trois partie fit parler de lui. Vous allez voir, ce n'est pas trop dur à comprendre, et surtout, à suivre (quoi que...). Voyosn donc tout cela pas à pas.

En premier lieu ; la première étape. Ici, je répond du tac au tac à ce qu'on me dit, ce qui laisse donc croire à ceux ne me connaissant pas que je peux avoir un magnifique don de répartie. Oui mais voilà : Certes, je réponds du tac au tac, mais c'est pas pour autant que j'ai analysé TOUTE votre phrase. Par exemple, dans ce cas précis, mon cerveau semble avoir zapper de prendre en compte la partie « on voit ta culotte ». Et donc, tout en restant dans la même position, je commence à répondre que par rapport à ce que j'ai pu capter de la réplique du pervers...

« Tss... Comme si j'allais t'suivre... J'fais la zombie, là, ça s'voit p-... »

Comme vous l'aurez remarqué, je n'ai pas fini ma phrase (dont il n'a rien du comprendre s'il n'est pas legitiment, auquel cas, il n'a pas accès à mes pensées). Cela s'explique par le commencement de la deuxième partie de mon temps de réaction si particulier. Là, je viens (enfin) de finir l'analyse de la phrase entière de l'autre. A savoir, la partie parlant de ma culotte. Et c'est à partir de là que vient la troisième et dernière étape de tout ce ramdam : La deuxième réaction. Ici, et même si je devais pourtant faire la morte-finalement-morte-vivante-donc-zombie, ma réaction fut tout de même de me redresser d'un seul coup en position assise tout en prenant bien soin de remettre ma robe en place à l'arrière. Oui, je sais, je ne tiens pas mes propres promesses, c'est triste. Mais là, c'était un cas de force majeure. DE FORCE MAJEURE. Oui, parce que le lolicon avait vu pour la couleur de ma culotte ! Et ça, mes poulpes, c'est l'était de crise qui s'impose. Ainsi, tout en m' étant redressée comme ça en un bon, j'ai aussi, par la même occasion crié contre ce pervers :

« NON MAIS VAS-Y, TE GENES PAS, MATTE MA CULOTTE, PERVERS !! »

Et bim. Là, j'ai du passer pour une fille vachement vive et intelligente, vous trouvez pas ? Oui, je trouve aussi. Quoi qu'il en soit, tout ça n'avait pas changé mes idées de ne pas le suivre, et même si je n'étais plus dans la position adéquat pour faire la prte, je l'était encore pour faire un sitting, eh ! … Oui mais voilà. J'ai vu un truc, là. Un truc sur lequel je ne pouvait pas passer à côté. Et pour cause : Mon balai ! Mon cher petit balai ! Et mon souaffle ! Mon petit souaffle d'amour ! Il tenait les deux en otage, ce fourbe, ce malotru, ce gibier de potence, ce, ce... !! Bref. Personne ne touche à mes affaires sans mon autorisation. Et les pervers, mon autorisation, bah ILS L'ONT PAS ! Et c'est pour ça que, difficilement, je me suis relevée complètement, tout en lui criant après, encore une fois... Et en le suivant, du coup. (Oui, j'ai honte, mes amis : Il m'a eu.)

« EH ! C'est MES affaires, ça ! Pas touche ! Et tiens pas le souaffle comme ça, sale bourrin ! T'es quoi, un troll ? Fait gaffe, eh ! Il est sur le marché que depuis une semaine ! J'ai trop galéré à le chiper au magasin d'mon père, alors t'es pas autorisé à y toucher ! Eeeeeeh !! »

Finalement, c'est de l'autre côté de la grande porte, qu'il m'a emmener. Peut-être pour me violer ? C'est sur, à cette heure-ci, y'a personne, à part lui et moi ! Et moi, comme une imbécile, voilà que je le suis, pire, que je lui cours presque après ! Mais c'est pas ma faute, il a pris mes affaires en otages ! ET maintenant, voilà qu'il les poses bien près de lui sur sa table. C'est sur, là, il va me violer. Bah oui, pour le faire, il a besoin de ses deux mains, c'est pour ça qu'il a posé mes bébé sur sa p'tite table, pour avoir les mains libres ! Et maintenant, il s'assoit. Peut-être qu'il veut finir sa clope, avant ? C'est sur que s'il me viole avec sa clope, il risque de me brûler sans faire exprès (voire même exprès, si c'est un fétichiste!) et qui dit brûlure, dis marque physique, et qui dit marque physique, dit preuve. Il doit craindre qu'après j'aille porter plainte. Il veut que tout cela se fasse dans le silence de la honte, le vicieux ! Mais j'me tairais pas, moi, mon pote, ah ça non ! Non seulement je vais crier comme une malade au moins de lui en briser les tympans, mais en plus, après, j'vais le dire à touuuuuut le monde ! Ouaip, tout le monde ! Et il sera viré, et sa vie sera complètement gâchée ! Bouahahaha ! … Ah, il vient de faire apparaître une chaise pour que j'm'y assois. Sa clope va être plus longue que prévue ? Il me fait signe de m'asseoir, et j'ai un peu hésité avant de le faire. Je suis donc restée là, raide comme un piquet, mains posées sur mes jambes et bras tendus, ce qui me fait donc par la même occasion hausser les épaule de force. Et puis on oublie pas la mue boudeuse et le regard « je te tiens à l'oeil, vieux pervers » braqué sur lui. Bouaha. Et là, monsieur reprend la parole.

« Alors comme ça on fait le mur ? Qu'est ce que tu as à dire pour ta défense ? On vingt ans tu devrais connaître es règles à force ! »

Gna-gna-gna. Et bah non, j'les connais pas, tes règles, t'es content ? Et tant bien même je les connaîterais, les règles, c'est fait pour être briser, sinon,il n'y aurait pas de règle ! Très philosophique, tout ça, vous ne trouvez pas ? Bref. Là, je lui ai collé un beau regard noir bien placé, avant de croiser les bras et tourné la tête sur le côté en la levant un peu, vous savez, un peux d'un air mi-boudeur, mi-prétencieux genre « ah-hin, t'en vaux même pas la peine » avant de lui répondre d'un air catégoriquement catégorique...

« Je ne parlerais qu'en présence de mon avocat. »

Et bim ! Dans ta face, le pervers ! Tu t'y attendais pas, à celle-là, hein ? Ouais, je sais que tu t'y attendais pas. Fais pas genre. Tu t'y attendais pas. Et là, alors que je restais comme ça, tête tournée à la « parle à ma main », le vieux pervers a encore parlé. Et encore une fois, il a sur me faire réagir, le fourbe...

« Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi... »

Là, c'est sûr qu'il a bien réussit à me faire tiquer ! Sursautant presque à sa remarque, j'ai d'un seul coup tourné la tête vers lui tout en décroisant légèrement mes bras, d'un air outré, tout en lui répondant du tac au tac :

« Nan mais dis ! J'te permet pas ! Tu vas rien faire du tout de moi parce que je suis a personne moi, je fais CE QUE JE VEUX, d'abord, j'suis aussi majeure que n'importe quel majeur de la terre ! »

C'est vrai, quoi ! De quoi il se permet, celui-là ! Genre j'suis un cas désespéré, en plus ! Tss. Il faudrait vraiment qu'il aille faire réparer sa caboche lui, parce que là, elle doit être déficiente ! Pis en plus il fait son grand, mais qu'est-ce qu'il fait là, lui aussi ? Il fait pas partie de ceux qui font la ronde, alors il fais quoi, hein ? Petit corrigeage de copie nocturne ? Tss. J'vous jure. D'façon c'est pas juste, pourquoi les profs ils auraient plus droit que nous sous prétexte que c'est des profs ? Hein ? C'est pas logique, tout ça. Ca mériterais une révolution, tiens. REVOLUTION !

« En plus, t'as aucune preuve à charge contre moi. Parce que... Parce que j'ai rien fais ! »

Ouais, bon. En fait il en a une paye, des preuves à charge contre moi. Mais quitte à faire dans la mauvaise foi, autant continuer jusqu'au bout ! … Non ?

« J'étais juste... Somnambule. Et j'me suis réveillée quand j'suis tombée. J'suis sûre que c'est toi qui m'a faite tomber d'ailleurs ! T'as faillit me tuer ! Faut jamais réveiller les somnambules, elle t'la jamais dis, ta mère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malwen.forumactif.org/t51-une-pte-et-bah-ca-doit-coucher-
avatar
Âge du perso : 40 ans
Fonction : Professeur, spécialité Haute Magie
Messages : 72
Gallions : 25
J'SUIS PROFESSEUR, ok ?
MessageSujet: Re: L'insomnie, c'est extra ! ...Ou pas. | FE JAAARVAN 8D   Ven 17 Mai - 13:20


Aventure Nocturne

Le professeur de Malwen se mit à rire après la petite crise de la jeune demoiselle. Son temps de réaction était digne d'un enfant qui venait de se réveiller et ça le faisait rire à gorge déployé. Oui, il ne s'était pas gêné pour regarder sa culotte et pour cause, elle lui dessinait de magnifiques fesses. Comment résister ? S'il avait été dans la bonne position, il lui aurait donné une petite fessée pour la faire avancer, mais non, vu qu'il avait les mains chargées des petits joués de la charmante, il allait s'en passer. Peu être plus tard qui sait ! « Elle est mignonne... Elle te fait de belles fesses ! » Oui, il n'avait pas pu s'en empêcher que voulez vous. Il faut bien lancer une petite pique comme ça ! En plus l'alcool, ça fait des ravages dans le cerveau et surtout dans celui de Monsieur le Professeur ! Il ne dit mot pour ce qui était de vole du souafle dans le magasin de son père, car oui, Jarvan savait tout sur tout, c'était bien connu et elle c'était vendue elle même la petite chipie ! Voilà qui était parfait. Il avait donc de quoi discuter avec elle plus tard et il ne tarda pas à la mener jusqu'à sa petite table ou il s'y installa tout en déposant les objets qu'il avait récupéré tout en lui faisait apparaître une chaise pour qu'elle puisse s'installer.

Il resta un petit moment silencieux, pour que la gêne de ce silence soit intense puis posa la question qui tue pour savoir ce qu'elle avait à dire pour sa défense. Les élèves n'ayant point le droit d'aller à l'extérieur de nuit, elle était bien eu sur le coup ! Sa réponse fit rire le professeur. Ici, le maître c'était lui ! Il était la Loi Suprême et il n'y avait pas d'avocat ! Il fit comme s'il n'avait rien entendu et bim, re question ! Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir faire d'elle ? A cette heure ci de la nuit, dans un endroit tel que celui-ci, les propositions étaient nombreuses ! Il jubilait déjà à ce qu'il allait pouvoir faire vivre à la petite demoiselle, mais cette dernière commença à se défendre plus fort qu'un hippopotame ! Cela fit encore plus rire le professeur. Il avait des preuves à la pelle, comme par exemple qu'elle soit juste devant lui en ce moment ! Il commençait à bien la connaître et il allait pouvoir la faire tourner en bourrique. « Ce n'était point du somnambulisme... Voyons ! Ne me prend pas pour un Moldu ! Ca doit être le destin qui a du nous faire nous rencontrer alors que tu es si légèrement vêtue... » Il ricana intérieurement, il allait lui faire regretter de ne pas s'être habillée plus chaudement.

Il attrapa un verre de Rhum avant d'en boire un peu pour s'éclaircir la gorge. « Et puis si tu veux des preuves, je pourrais toujours envoyer un Hiboux à ton père pour savoir s'il ne lui manquerait pas du matériel. Je suis certaiiiiiiin qu'il serait ravis de retrouver un Souafle aussi... précieux. » Il n'était pas un spécialiste du sport, mais elle même l'avait dit, alors c'est que ça devait être de la bonne ! Dans sa main son verre qu'il faisait tourner, de l'autre sa clope toujours présente, toujours à sa place, toujours fumante. Il ne pouvait s'en passer, c'était sa drogue tout comme l'alcool. Soupirant, il était encore tout excité sous l'effet de l'alcool ingurgité tout au long de la soirée sans interruption. Son alcoolisme avait permis à son métabolisme de s'adapter à ce genre de situation et sa force mentale et sa fonction l'empêchait à présent d'en redevenir un... totalement. « Bon voyons... voyons... » Il posa son verre et fit une pile avec les copies des élèves qu'il entassa sur un côté de la table. Elle était majeur ? Ils allaient donc s'amuser. A l'aide de sa baguette, il fit apparaître un autre verre et versa l'alcool précieux à l'intérieur avant de le déposer devant la demoiselle. « Si tu arrives à me faire coucher, je fermerais les yeux sur ce que j'ai vu ! Si par contre je te fais tomber... Ben... Je verrais plus tard. » Son sourire était resplendissant...

Savait elle déjà ce qu'était le Rhum ? L'alcool des Pirates ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'insomnie, c'est extra ! ...Ou pas. | FE JAAARVAN 8D   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'insomnie, c'est extra ! ...Ou pas. | FE JAAARVAN 8D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Idée loufoque de l'insomnie
» Le nouvel ordre mondial, illuminati, extra terrestre et autres conneries !
» Avec l’insomnie, plus rien n’est réel ! Tout devient lointain. Tout est une copie, d’une copie, d’une copie...
» L'exil est une espèce de longue insomnie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ҩ MALWEN UNIVERSITY :: l'école des dotés :: Le Rez-de-Chaussée :: Ҩ Hall d'Entrée-